M’enregistrer

Morbihan Challenge

Envie de partir à l'autre bout du monde, ou de faire des ronds dans un lac, comment débuter…
Légende du Forum
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4464
Inscription: Mar 19 Mai 2015, 18:58
Ville et département: Mourenx Pyrénées Atalntiques

Re: Morbihan Challenge

Messagepar gaston » Mer 25 Avr 2018, 15:59

Egareg, je ne pense pas que les propriétaires des bateaux que j'ai mis en photo soient vraiment conscient de l’amplitude du parcours... même avec la mise en garde du groupe organisateur.

je pense (j'espére ) que les organisateurs sauront leur dire que ce n'est pas un parcours pour eux et refuseront de confirmer leur pré inscription .

Quand je parlais de PUB, je ne pensais pas à des panneaux 4X4 partout dans la ville, mais simplement au fait d'ouvrir largement à un large publique et d'inviter largement à s'inscrire... c'est pas sans risque, surtout en enlevant des éléments de sécurité (interdiction du moteur embarqué)... et le fait de ne pas assurer la couverture total au niveau sécurité, ça sera un point qui ne passera pas devant la justice s'il y a un pépin important...

je suis bien d'accord avec toi : chacun avant de s'inscrire devrait être lucide et assumer de façon responsable les risques qu'il prend, risques inhérents à la pratique d'un loisir ou le risque zero n'existe pas... mais la liste des prés incrits montre que côté lucidité, ce n'est pas le cas.

Et à ce niveau, que tu le veuilles ou non, les organisateur engagent aussi leur responsabilité juridique en ouvrant la porte à des retours en plainte qui se font aujourd'hui de façon quasi systématique, les assurances poussant les victimes à chercher la faille pour ne pas avoir à débourser des sous pour couvrir les dommages... peu importe l'inconscience et la part de responsabilité des dites "victimes"... ce sont d'abord des clients qui paient... "et si on peut éviter de débourser ça nous va bien..."

c'est la raison pour laquelle
- des élus arrêtent de mettre à disposition des salles pour des événements familiaux (mariages, anniversaires )... accidents... plaintes pour locaux inadaptés... condamnation et indemnisation de la victime... la victime passée à travers la fenêtre était bourrée, mais les locaux étaient pas adaptés... verre pas au norme... faut prévoir quoi...
- des accompagnateurs ou des guides de montagne réduisent leurs propositions à un publique quasi professionnel... chute de pierre, blessure, plainte pour proposition non suffisamment sécurisée, ou parcours trop dangereux, ou manque d'anticipation, ou prise de risque trop élevée par rapport au niveau de dangerosité du site au moment T...
- Publicité large par une municipalité via le syndicat d'initiative pour un sommet mythique des Pyrénées (Pic du midi d'Ossau)... fréquentation accrues... accidents... plainte de la part des victimes poussées par les assurances... condamnation de la municipalité pour mise en danger de la vie d'autrui, la Publicité ne stipulant pas assez les risques encourus lié à l'environnement... le touriste était parti faire un 3000m en short-débardeur-sandales de plage...
- Fermeture de centre de vacance suite à plainte par des parents toujours poussés par les assurances pour un accidents autour des fourneaux en cuisine. Le gamin s'est renversé de l'eau bouillante sur la main... condamnation pour locaux inadaptés à l'accueil des groupes... indemnisation du préjudice et obligation de travaux pour pouvoir continuer l'accueil de publique... (travaux déjà effectués aprés visite de contrôle 2 ans auparavant, mais normes déjà dépassées par de nouvelles réglementations)... petit budget de l'association... fermeture définitive...

je parles ici d'expériences concrètes vécues dans ma région ... et je le dis en regrettant le temps béni ou pour proposer une sortie à vélo, on ne se posait pas trop la question du risque. On faisait, en invitant large, et s'il y a avait bobo, on gérait sans faire systématiquement appel ni aux assurances, ni à la justice...
Mais Ce temps là est passé... Nous sommes dans un temps procédurier où il faut "trouver le coupable", l'accident n'étant plus admissible... mentalité de consommateurs exigeants souhaitant pouvoir tout faire avec zero risque et s'il y a de la casse, c'est qu'il y a un responsable qui doit payer...

j'expérimente ça tous les jours au niveau de mon boulot qui s'adresse à du publique... Plus de camp de jeunes avec nuitée dehors, plus de sortie montagne encadrée par des bénévoles même hyper compétents parce qu'il faudrait obligatoirement payer un guide professionnel qui sera responsable en cas de casse pour être dans le clous juridiquement, plus de prêt de salle pour un anniversaire... et je ne dis rien des associations de quartiers qui se tirent les cheveux en regrettant le temps où on pouvait faire une kermesse, un méchoui de quartier, un feu de la saint jean, ou une soirée pailla-ciné-débat sans trop s'interroger sur le risque d'explosion du réchaud à gaz, la qualité de l'estrade ou la sécurisation risque 0 nécessaire pour faire du feu... (un feu de la saint Jean, quand tu ne peux plus sauter par dessus, c'est plus un feu de la saint jean... :roll: )

Dans le cas qui nous fais discuter, s'il y a gros pépins, je pense que le simple fait d'interdire un élément de sécurité (ici le moteur embarqué) ça sera un élément qui ne passera pas... les assurances se chargeant de trouver le faille...
De même, si gros probléme sur un petit bateau suiveurs (dériveur léger par définition sans moteur), la question de la responsabilité sera posée au niveau juridique à la moindre plainte...

Pour conclure : si le format est sympat, le challenge intéressant et le parcours attrayant, il suffirait juste de revoir quelques point qui me semblent excessifs au niveau sécurité et qui ouvrent au risque de plainte en cas de pépins:
- " moteur embarqué autorisé (voir obligatoire), mais plombé au départ... usage interdit sous peine de non classement..."
- " inscription seulement pour les bateaux adaptés à ce type de parcours en semi hauturiers"... (pour moi, seulement les bateaux pouvant recevoir un moteur, même si l'usage est interdit au niveau challenge)
- " Parcours inadapté pour les dériveurs légers "...

et ça roule....

c'est un avis... à chacun de mesurer les risques qu'il prend en un temps où le participant "consommateur répulsif aux bobos" et les assurances devenues procédurières ne laissent rien passer dés qu'il y a de la casse ... et des sous à sortir ... :roll:
Dernière édition par gaston le Mer 25 Avr 2018, 20:55, édité 2 fois au total.
"Pingouins dans les champs, hiver méchant" : vieux proverbe Auvergnat Liste de mes bateaux :
  • D-one «Joia» (2010) - chantier : Dévoti
  • 5O5 «Dr Feel Goog» (1988) - chantier : Kyrwood
  • Jouët 17 Foxtrot «Stella Maris» (1979)
Liste de mes clubs/plans d'eau :
Partager sur : Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Google+ Haut

Poids matossable
Avatar de l’utilisateur
Messages: 6
Inscription: Mer 25 Avr 2018, 15:57
Ville et département: Hennebont (56)

Re: Morbihan Challenge

Messagepar Nada » Mer 25 Avr 2018, 16:39

J'ai suivi les discussions sur ce forum avec intérêt
J'aurais pu intervenir plus tôt vu que c'est moi qui organise le Morbihan Challenge, mais les questions auraient aussi pu être posées sur le site ou dans le groupe Facebook, pour profiter à tout le monde.
Pour résumer, j'ai lu beaucoup de critiques sur la sécurité, en particulier pour des embarcations légères. Il faut réaliser que ce raid a été conçu pour des bateaux capable de naviguer dans ces conditions: des bateaux hauturiers, habitables, mais qu'on doit pouvoir déplacer sans moteur. J'étais surpris de voir arriver des canoës, dériveurs et autres planches à voile! Ce n'était pas prévu. On voit bien des SUP sur Race to Alaska... mais la responsabilisation des participants est différente là bas. Je ne doute pas de la capacité des "petits" concurrents à faire le parcours et je suppose qu'ils savent ce qu'ils font. Mais dans le cadre d'une manifestation organisée, tous n'obtiendront pas de dérogation.
Rien n'a été décidé à la légère au niveau du projet. Ni l'heure de départ, ni le parcours avec ses difficultés, ni le nombre de concurrents admissibles.
Certains points ont évolué et les ajustements vont continuer. Cette première édition est une version beta. L'expérience acquise définira sans doute un format différent pour les suivantes.
Notre objectif est que chacun se fabrique des souvenirs inoubliables en vivant une petite aventure, sans se mettre en danger.
Continuez à suivre le site http://www.mobihanchallenge.com, il va y avoir quelques annonces bientôt...
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser ;-)

Loup de mer mystérieux
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1062
Inscription: Jeu 24 Mar 2011, 12:45
Ville et département: Sainte Annois ....à coté de la mer-petite (mor-bihan)

Re: Morbihan Challenge

Messagepar Fanch-c » Mer 25 Avr 2018, 17:16

"A pas marche" le lien ! http://www.mobihanchallenge.com/
........................................................ tout baigne !

Caphornier intergalactique
Avatar de l’utilisateur
Messages: 11060
Inscription: Sam 26 Juin 2010, 17:32
Ville et département: réalmont 81

Re: Morbihan Challenge

Messagepar olivier81 » Mer 25 Avr 2018, 17:21

le voilier est le moyen le plus lent;le plus inconfortable et le plus humide pour se rendre dans un endroit où l'on a rien à faire !!!!! Liste de mes bateaux :
  • Laser «black» (1978)
  • 5O5 «yaka faukon» (1978) - chantier : parker
  • Yole OK (1974) - chantier : barat
  • 5O5 «ya-za» (1974) - chantier : barat
  • Caravelle «la perle noire» (1966) - chantier : Stephan
  • Laser «white»
Liste de mes clubs/plans d'eau :

Légende du Forum
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4464
Inscription: Mar 19 Mai 2015, 18:58
Ville et département: Mourenx Pyrénées Atalntiques

Re: Morbihan Challenge

Messagepar gaston » Mer 25 Avr 2018, 20:28

Salut Nada et bienviendu sur le forum... ;)

Bravo pour l'initiative qui est un beau projet...

ça discute beaucoup comme tu as pu le voir... perso, je ne suis pas intervenu sur le site dédié au Challenge puisque je ne suis pas inscrit... je ne vois pas au nom de quoi je me serais permis de le faire d'ailleurs...

Par contre nous avons partagé ici nos réactions, ce qui dit l’intérêt pour ce projet qui est un joli Challenge...

Ta réponse sur les dériveurs légers me rassure... surprenant effectivement de voir s'inscrire un Ufo à foïls, des canots bretons ou une embarcation traditionnelle Hawaïenne sur un tel parcours plutôt conçu pour des bateaux capables de navigation en haute mer, de nuit et sur un long parcours avec nécessité d'embarquer pas mal de matos...

Sache que le débat à aussi eu lieu sur le site "Breizhskiff" ou certains s'interrogeaient sur une possible participation en B14, RS800, Musto, RS400 ou 500... Conclusion Breizhskivienne : "c'est pas fait pour nous"...

je reste avec mon interrogation sur l'interdiction de moteur embarqué... C'est quand même un élément de sécurité important.
Perso, j'aurai plutôt interdit la participation sans moteur (ce qui dissuaderait les dériveurs légers, trop légers)... tout en interdisant aussi son utilisation... le plombage me semblant un moyen simple de vérification...
Mais s'il y a urgence, on s'en sert pour sortir d'une situation scabreuse même si ensuite on est disqualifié au niveau classement... ceci n’empêchant pas de finir le parcours comme le dit votre règlement (bien ça)... et la question de la sécurité est réglée, en évacuant aussi le risque d'être ennuyé ensuite en cas de probléme par des participants procéduriers. Avec l'interdiction du moteur embarqué il me semble que vous vous exposez au niveau responsabilité (voir mon message précédent).. ça serait dommage et pour peu de chose...

si tu peux en dire plus sur les raisons qui motive cette interdiction, ça m’intéresse...
j'aimerai comprendre... même si je risque d'avoir un avis contraire au final ;)

Autre question (si tu as le temps) : si le termes "petites unités" ne concerne pas les dériveurs légers type Ufo, 420 ou autres embarcations hawaïennes, quels sont les bateaux visés qui demande une dérogation... je suppose que Mon Foxtort Jouet 17 (dériveur lesté de 5m08) ferait parti de la liste... C'est un dériveur côtier et je n'ai pas le droit de m'éloigner à plus de 3 miles des côtes...
Perso, je trouve que mon foxtrot (comme d'autres petits cabiniers du même format) n'est pas non plus adapté à ce type de raid, même si c'est faisable. Réglementairement, je peux aller jusqu'à Houat en faisant jouer les 3miles en deux fois (sortant des 3 miles depuis le golfe j'entre dans les 3 miles autour de Houat). Par contre pour le grand bord de retour aprés le contournement de Groix, je pense que je suis hors des clous réglementaires pendant une bonne partie du parcours... (plus de 3miles de toutes côtes)... donc nécessité de dérogation si je participe en foxtrot... juste ???

Comme tu as pu le lire, je réside à proximité de la côte basque.. ce qui explique la non participation :roll:
Mais je navigue dans le golfe chaque été depuis Penboc'h avec des potes du côté d'Arradon... donc je connais un peu...
L'an prochain, je migre du côté de Nantes... Pas impossible que je participe au Challenge s'il est reconduit... mais j'aurai un moteur à l'arriére :lol: ça sera donc en catégorie B ou C si vous maintenez ce point de règlement...

NB : je pense qu'il y aura pas mal de monde à attendre la renverse du côté de la Jument... Départ de Vannes avec peu de temps pour passer la sortie en mer avec courant descendant, s'il n'y a pas de bon vent bien établi, ça risque d'être un peu court... :)

voili voilà... belle initiative... comme tu dis, une premiére qui montrera les points à affiner...

en tout cas, bon vent à tous... :xc
"Pingouins dans les champs, hiver méchant" : vieux proverbe Auvergnat Liste de mes bateaux :
  • D-one «Joia» (2010) - chantier : Dévoti
  • 5O5 «Dr Feel Goog» (1988) - chantier : Kyrwood
  • Jouët 17 Foxtrot «Stella Maris» (1979)
Liste de mes clubs/plans d'eau :

Poids matossable
Avatar de l’utilisateur
Messages: 6
Inscription: Mer 25 Avr 2018, 15:57
Ville et département: Hennebont (56)

Re: Morbihan Challenge

Messagepar Nada » Jeu 26 Avr 2018, 08:00

Gaston, attends toi à quelques nouvelles dans les prochains jours, qui vont aller dans ton sens...

Sur le point du moteur, il est très différent de partir sans moteur et avec un moteur plombé. C'est un peu comme partir sur la mini sans téléphone satellite ou avec un téléphone plombé. On se prépare différemment, on fait beaucoup plus attention et on prévoit des alternatives. Je tiens à mon bateau et je serais plus rassuré avec un moteur plombé, mais ne pas l'avoir, c'est aussi anticiper qu'un moteur peut tomber en panne: une situation que j'ai toujours à l'esprit car les moteurs ne m'aiment pas et c'est réciproque. Bref, déposer son moteur est un acte fort. C'est ce qui se passe sur R2AK. Avoir son moteur n'est pas une sécurité absolue et ne pas l'avoir n'est pas une mise en danger, c'est un appel à une meilleure préparation. Le moteur n'est qu'un élément de sécurité, qui peut ne pas fonctionner.

Le terme de "petites unités" est subjectif. La préparation compte plus que la taille, même si les Aff Mar ne voient que la catégorie de navigation. Dans les inscrits, il y a des bateaux supposés ne pas s'éloigner de la côte en qui j'ai toute confiance. Au final, la décision de participer doit revenir au concurrent, qui connaît son embarcation et sa préparation.

Le Foxtrot est aussi adapté au parcours que le Figaro 5, par exemple. Bien préparés et bien menés, ce sont des bateaux qui iront jusqu'au bout, à leur rythme.

Inscris-toi à la newsletter. Tu verras les évolutions en préparation.
Allez, faut que je bosse un peu...

A bientôt.

Albatros en esquif
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1470
Inscription: Ven 24 Oct 2008, 07:52
Ville et département: Démouville (14) - Nav' autour de Caen et en Bretagne

Re: Morbihan Challenge

Messagepar Egareg » Jeu 26 Avr 2018, 10:21

Merci pour ces précisions.

J'abonde totalement dans le sens de Nada sur le moteur.
Demandez à la SNSM le nombre d'opérations qu'ils effectuent pour des moteurs en panne... même sur des voiliers avec un force 2 et une mer calme sans danger à proximité !

Ne pas avoir de moteur ne nuit pas forcément à la sécurité, en avoir un n'est pas forcément un gage de sécurité. Ca peut aider... ou pas. ;)


La limite de 3 milles mentionnée par Gaston n'existe pas dans les textes. La limitation sur la navigation diurne non plus.
Je rappelle que les dériveurs légers ne sont pas des engins de plage, tels que définis dans la division 240 : ce sont des navires de plaisance à voile de moins de 7m. Leur zone de navigation dépend essentiellement du matériel de sécurité embarqué (et le moteur n'en fait pas partie).

En termes de sécurité, je préférerais que l'interdiction de mettre pied à terre sur l'estran soit levée. Cela permettrait à des embarcations du type dériveurs légers (470, 5o5) de participer de façon raisonnable : je me pose sur la plage avant la nuit, je repars le matin, je m'arrête à Meaban pour attendre que le courant s'inverse et rentrer dans le Golfe...

Ce qui me gêne plus c'est le mix entre "haute mer" (contourner Houat et Groix) et navigation "fluviale". Ce n'est pas forcément le même type de bateau.

Sinon, j'aime bien l'idée de l'équipage mixte... même si c'est un frein sérieux à une éventuelle participation : il faut trouver une équipière aussi fêlée que moi car ma femme ne voudra pas y aller ! :mrgreen:
Des copains prêts à embarquer sur ce genre d'aventure, ça se trouverait. Des copines, il y en a moins !
Liste de mes bateaux :
  • 470 «Hatoup» (2002) - chantier : Nautivela
  • 470 «Dimeziñ» (1972) - chantier : Morin
  • Optimist «Céleste» (1972) - chantier : Construction amateur
  • Optimist «Zephir» (1972) - chantier : Construction amateur
Liste de mes clubs/plans d'eau :

Légende du Forum
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4464
Inscription: Mar 19 Mai 2015, 18:58
Ville et département: Mourenx Pyrénées Atalntiques

Re: Morbihan Challenge

Messagepar gaston » Jeu 26 Avr 2018, 10:28

Nada, j'ai bien compris l'esprit du challenge... la dépose du moteur est effectivement un acte fort... retour à la voile en condition réelle...
"Tout à la main" :lol

ça me fait penser à l'initiative d'un guide montagne de chez nous :
Gravir les voies mythiques ouvertes par les anciens au Pic du Midi d'Ossau... mais avec le matériel d'époque... juste pour éprouver le poids du défi relevé par les anciens...
Donc, godillots à semelles cloutées, piolet en bois, corde de chanvre, pulls et vareuses huilées d'époque, casque remplacé par le béret coton enfoncé jusqu'au oreilles, pitons et coinceurs d'époque... pas de téléphone cellulaire, ni de réchaud à gaz, ni de lampe électrique...

Au retour, le copains à dit : "on est des p'tits joueurs... les gars, c'étaient des monstres... fallait être un peu fêlé du casque pour se risquer comme ça"
et il a conclu : "super expérience... mais je ne referais pas... c'est chaud de chez chaud... je me suis fais vraiment peur dans certains passages"

Le journaliste qui a fait un reportage lui a posé cette question : " Cette ascension dans les conditions de l'époque, c'est un retour au source. Le matériel a beaucoup évolué. Qu'elle différence entre hier et aujourd'hui "...
Réponse du copains guide : " Il faut bien penser qu'à l'époque, la corde de chanvre ne servait qu'à aider pour se reposer en sécurité une fois arrivé au relais, mais qu'en cas de chute, le manque d'élasticité du chanvre faisait que, soit la corde cassait, soit elle infligeait un choque terrible au moment de la mise en tension... Elle était là surtout pour assurer la descente en rappel et pour aider le second de cordée à franchir la difficulté, une fois le premier passé... Mais le premier n'avait pas le droit à la chute qui s’avérait fatale dans 80% des cas... L'autre usage de la corde de chanvre, c'était la confection d'un Hamac pour passer la nuit suspendu à deux pitons pour essayer de dormir un peu... Pour faire dans le scabreux, elle servait aussi à ne pas perdre le corps après une chute fatale... L'évolution du matériel renverse la donne... Aujourd'hui la chute est autorisée, mais ceci augmente le niveau de prise de risque en diminuant aussi le niveau de conscience du danger... Certains s'appuient sur la haute technicité du matériel pour s'engager dans des défis au dessus de leurs compétences physiques et techniques... L’accès à la haute montagne semble plus facile et sans danger... c'est une erreur grave... "

Deuxiéme question du journaleux : "En tant que guide professionnel vous avez pris des risques importants en entrainant du monde dans cette aventure. Que serait-il arrivé en cas d'accident..."
Réponse du copain : "Les assurances se seraient chargé de démontrer qu'au niveau professionnel j'ai commis une faute grave, mon métier étant d'assurer le maximum de sécurité pour des clients qui veulent gouter au plaisir de la haute montagne. Là, j'ai proposé au contraire une expérience de prise de risque volontaire... Les copains n'étaient pas des clients et je n'étais pas là en temps que professionnel encadrant... Pourtant, étant diplômé guide, je suis tenu, même dans ce cas, par l'obligation de sécurisation maximale... Dit autrement : s'il y avait eu un accident dramatique, je ne serai plus guide aujourd'hui et j'aurai certainement été condamné à une peine forte pour "mise en danger de la vie d'autrui par personne ayant compétence"... Nous sommes aujourd'hui confronté à cette problématique : on veut gouter au maximum de plaisir et de sensations fortes tout en exigeant la prise de risque minimale et la garantie d'évacuation de tout danger. Et nous payons des assurances pour couvrir tout ceci... Celles ci n'étant pas des organismes de bienfaisance, elles cherchent la faille procédurière pour éviter de couvrir les frais... Et ça fini devant les tribunaux... A long terme, ceci est intenable, le risque zero n'existant pas... et Surtout, ceci peu entrainer la fin d'une profession, le métier de guide allant de plus en plus en se réduisant à une fonction d'accompagnateur touristique sur site ultra protégé par peur des poursuites ... La haute montagne c'est terminé, sauf pour quelques irréductibles qui partent à l'aventure... mais ils le font sans guide ... et aucune assurance n'accepte de couvrir les frais en cas pépins... "

fin du récit... Rien à voir avec la voile.... quoique... ;)
Dernière édition par gaston le Jeu 26 Avr 2018, 10:46, édité 1 fois au total.
"Pingouins dans les champs, hiver méchant" : vieux proverbe Auvergnat Liste de mes bateaux :
  • D-one «Joia» (2010) - chantier : Dévoti
  • 5O5 «Dr Feel Goog» (1988) - chantier : Kyrwood
  • Jouët 17 Foxtrot «Stella Maris» (1979)
Liste de mes clubs/plans d'eau :

Loup de mer mystérieux
Avatar de l’utilisateur
Messages: 804
Inscription: Sam 3 Mar 2012, 15:47
Ville et département: Strasbourg/Alsace/67/France

Re: Morbihan Challenge

Messagepar Misurarca » Jeu 26 Avr 2018, 10:38

J'aurais bien participé, avec ma co-équipière, mais nous n'avons pas de congés à cette date là...
Il y a quand même beaucoup de participants, ça ne doit pas être facile à gérer...

Je souhaite un beau succès à ce raid, belle initiative !

Caphornier intergalactique
Avatar de l’utilisateur
Messages: 11060
Inscription: Sam 26 Juin 2010, 17:32
Ville et département: réalmont 81

Re: Morbihan Challenge

Messagepar olivier81 » Jeu 26 Avr 2018, 11:34

:lol: :lol: :lol:
lors des interventions de la SNSM pour des pannes de moteur,la majeure partie concerne des ....... pannes sèches :sdfds :sdfds
ensuite le mauvais hivernage :roll: :roll:
moteur mal rincé même en eau douce (juste avec les oreilles de rinçage),bref faut le faire dans une poubelle avec une bonne dose de vinaigre blanc pour détartrer ;) ;)
le carburant;maintenant avec le sans plomb s'il en reste dans le carburateur,il se cristallise dedans et bouche tout,à commencer par les gicleurs;bref on débranche la nourrice et on le laisse jusqu'à se qu'il s'arrête ;) ;)
toujours le carburant,pareil pour la nourrice;le problème du sans plomb est qu'il se conserve mal,résultat à la remise en route,mauvaise carburation et souvent panne :roll: :roll:
enfin ça se révise avec vidange de l'huile d'embase,remplacement de la turbine de refroidissement;remplacement des bougies,etc ;) ;)

les problèmes dus au sans plomb est très classique lorsque les gens commencent à sortir la tondeuse,tronçonneuse,motoculteurs,etc;sur les petits moteurs type tronçonneuse et débroussailleuse ça va même jusqu'à bousiller les membranes dans les carbus :sdfds :sdfds

pour les dériveurs,en dehors d'une compétition(championnat de France,mondial,etc)il faut avoir l'armement indiqué par la division 240 (semi hauturier voire hauturier);et je maintient qu'il est interdit de naviguer de nuit (1 heure après le lever du soleil;1 heure avant le coucher du soleil) ;) ;)
pour comparer,imaginez rouler avec une voiture sans phares ni feux de positions en pleine campagne :gb :gb
bref avec un 470,un cinquo où autre du même genre;si tu prends tout le bazar imposé par les affaires maritimes,la tente de camping,les provisions nécessaires et quelques affaires de rechange,ben il va pas rester grand chose en place pour circuler dans le bateau lors des manœuvres,que cela ne gène pas les différents circuits de réglage du bateau;tout ça sur une machine à dessaler :shock: :shock:
arf,pas besoin d'être en mer pour voir un festival de conneries des plaisanciers du dimanche,ni de voir arriver la police nationale sur leur engin avec 130 cv au cul;chaque année beaucoup se font raccompagner au port avec avalanche de PV,souvent pas de gilets,manque sur le matos de sécurité quand il n'y à pas des problèmes de carte de navigation,assurance,permis,et j'en passes :roll: :roll:
tiens,si tu prends un vieux CD pour faire office de miroir de signalisation,au mieux tu te fera tirer les oreilles,au pire une prune ;) ;)
le voilier est le moyen le plus lent;le plus inconfortable et le plus humide pour se rendre dans un endroit où l'on a rien à faire !!!!! Liste de mes bateaux :
  • Laser «black» (1978)
  • 5O5 «yaka faukon» (1978) - chantier : parker
  • Yole OK (1974) - chantier : barat
  • 5O5 «ya-za» (1974) - chantier : barat
  • Caravelle «la perle noire» (1966) - chantier : Stephan
  • Laser «white»
Liste de mes clubs/plans d'eau :

PrécédenteSuivante

Retourner vers Projets de navigation



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité