Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

"Maman les petits bateaux..."
Comment ça marche et qu'est-ce qu'il me faut ?
Herve-30
Moussaillon
Messages : 10
Inscription : 05 oct. 2022, 21:06
Localisation : Sauveterre
Contact :

Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par Herve-30 » 28 oct. 2022, 19:35

Bonjour,
J’espère ne pas faire doublon avec un sujet déjà évoqué mais que je n’aurais pas trouvé (encore ? :D ).

Voilà, je me pose une question existentielle et peut-être aurez-vous des suggestions ?
Le contexte :
Je compte occasionnellement, embarquer sur un plan d’eau non loin, avec un dériveur solo. 4m de fond. Plage d’embarquement sable et quelques graviers.
Je transporte l’essuie sur sa mise à l’eau avec safran et dérive et le grée.
Déjà habillé (costume de petit baigneur de rigueur).
Juste la çà va.
La mise à l’eau étant démontable, me reste plus y’a la t’apporter à la voiture et revenir pour embarquer.
Et là se trouve mon soucis des lors qu’aucune âme charitable (et idéalement de confiance!) ne se trouve à proximité pour veiller sur l’engin. Dûment orienté pour ne pas subir outrageusement le zéphyr.
Donc, soit je le laisse sur l’eau au bord, et vogue la galère, j’ai plus qu’à nager jusqu’au fugitif.
Soit je le laisse sur le sable, et quant je reviens, il me faut bien le tirer vers l’eau, et donc racler et rayer le fond de ma coque (toute neuve !).

J’ai bien pensé à un tapis, persan de préférence, sur lequel faire glisser la coquille de noix, mais qu’en faire ensuite sinon le laisser au bord.

Et tout ceci s’entend par un temps de demoiselle !
Bref les solitaires d’entre-vous ont ils déjà imaginé un ou des stratagème pour gérer cette situation ?

Sachant que tant que faire se peut, je tacherai de solliciter de l’aide et/ ou une sécurité sur l’eau.
Merci pour vos avis et suggestions et bon vent :-)

Avatar de l’utilisateur
pi.r
Albatros en esquif
Messages : 1683
Inscription : 24 oct. 2008, 16:28
Localisation : "cassoulet" Occitanie

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par pi.r » 29 oct. 2022, 09:30

Herve-30 a écrit :
28 oct. 2022, 19:35
...J’ai bien pensé à un tapis, persan de préférence, sur lequel faire glisser la coquille de noix, mais qu’en faire ensuite sinon le laisser au bord....
bonjour, pourquoi ne pas laisser la mise à l'eau sur le bord le temps de la nav' c'est quand même plus simple ?
perso c'est ce que j'ai toujours fait. Quand je dis sur le bord elle en fait en partie immerger pour facilité la remonté du dériveur. le seul soucis que j'ai c'est parfois des personnes qui la remonte un peu plus haut sur la plage, pensant que cette MAE a glisser dans l'eau ....ça part d'une bonne intention !

Avatar de l’utilisateur
Nicolas
Albatros en esquif
Messages : 2139
Inscription : 23 oct. 2008, 21:09

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par Nicolas » 29 oct. 2022, 11:13

Moi je laissais mon 420 au mouillage quelques instants, avec un petit grappin.

Herve-30
Moussaillon
Messages : 10
Inscription : 05 oct. 2022, 21:06
Localisation : Sauveterre
Contact :

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par Herve-30 » 29 oct. 2022, 14:23

Merci pour vos réponses :-)

De fait, je suis un peu parano et me dis qu’un quidam de passage pourrait me chiper ma mise à l’eau toute neuve 😂
Mais tu as raison, vu le petit plan d’eau ou j’envisage de tirer mes premiers bords avec le nouveau bateau, l’étang du Ponant au Grau du Roi, je ne serai jamais bien loin !

@Nicolas, j’avais oublié de mentionner que le paquebot en question est en cours de fabrication, c’est un Reverso Air, qui devrait m’être livré vers la mi janvier.
Du coup je ne pense pas le laisser au mouillage vu que je l’embarquerai dans la voiture depuis la maison, à peine 2h de trajet.
Je me dis que pour prendre un premier contact avec le bateau (et je n’ai pas navigué depuis avant le Covid), un endroit assez abrité et fermé devrait faire l’affaire.
Par la suite j’envisage l’étang de Berre et bien sûr la grande bleue. Des lors que le mistral ou la tramontane ne soufflent pas façon brutale :-)

Avatar de l’utilisateur
gaston
Poulpe géant des abysses
Messages : 5790
Inscription : 19 mai 2015, 20:58
Localisation : Saint Nazaire (Loire Atlantique)

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par gaston » 29 oct. 2022, 15:50

j'ai ce probléme avec mon D One... Skiff solo... avec le probléme des marées qui fait que je ne peux pas laisser la mise à l'eau sur place si c'est au remontant... (sauf à laisser la mise à l'eau se noyer ce qui m'est arrivé une fois... impossible à retrouver et risque de blessure pour les bateaux qui arrivent... 6 heures à attendre pour retrouver la mise à l'eau qui s'était déplacé de 40m avec la houle... fin du récit)

donc tout dépend si y'a marée et si y'a houle forte.... en cas de forte houle pas d'autre solution que le quidam sympathique qui vient tenir le bateau ou remonter la mise à l'eau... embarquement en club de voile... ça aide... on trouve toujours quelqu'un...

mais en milieu isolé et avec marée importante et donc long parcours pour remonter la MAO, j'ai pas trouver mieux que :
- greer sur la mise à l'eau et hisser les voiles
- mettre le bateau à l'eau.... et choper les haubans pour le coucher dans les 40cm d'eau nécessaire pour redresser ensuite.
- je remonte la MAO... je redresse la girouette qui a pris un coup..... je redresse le bateau .... et hop... navigation....
- même manoeuvre pour le retour... bateau couché pour aller chercher la MAO

ceci est largement faisable si tu es sur plan d'eau fermé, sans marée et sans grosse houle (lac, étang) en laissant la mise à l'eau pas loin.... Plus incertain en bord en mer en fonction du fond sableux ou caillouteux, et de la force de la houle... petite ça va... grosse, le bateau se fait chahuter le temps qu'il est couché.... j'ai mis une protection sur l'angle qui s’appuie au fond pour protéger des frottements

le coup du grapin est une bonne idée pour 420, 470 et dériveur traditionnel... plus difficile avec un skiff trés toilé et trés léger... Par petit vent et petite houle, ça passera... par gros vent ou grosse houle il dessalera tout seul...
"Pingouins dans les champs, hiver méchant" : vieux proverbe Auvergnat

RémiB
Albatros en esquif
Messages : 1402
Inscription : 12 oct. 2011, 10:02

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par RémiB » 31 oct. 2022, 08:54

Tu n'as pas de club de voile ou de canoë sur le plan d'eau ?

Herve-30
Moussaillon
Messages : 10
Inscription : 05 oct. 2022, 21:06
Localisation : Sauveterre
Contact :

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par Herve-30 » 31 oct. 2022, 16:13

Bonjour et merci pour vos réponses :-)

@Gaston : question houle, je suis relativement tranquille; quand il y a de la grosse vague (plus que de la houle par ici je crois), pas grand monde ne sort ! Autant la méditerrannée semble calme l'été, autant quand le vent se lève, notamment Mistral ou Tramontanne, un clapot brouillon et cassant va de mêche avec et si ça souffle vraiment, alors c'est inavigable pour le vulgus pecum !
Du moins pour mes premières sorties, je pense que le soucis de voir le bateau tossé contre le bord sera minimisé.
Reste effectivement à le coucher le temps de remonter la mise à l'eau, ta suggestion me semble bien adaptée pour les étangs et plages en pente douce du Languedoc.
Hier à la plage à Palavas les flots : petite brise et hauteur des vagues 0,2m max, eau à 20° et beau temps, ça m'a fait regretter de ne pas avoir déjà le Reverso ! Un pote à qui je racontais mon histoire me suggérait de prendre une serviette de bain ou plutôt un tissu que je pourrais mettre entre la coque et le sable/cailloux, puis emporter à bord accroché à un bout. Je vais étudier aussi cette option.

@RemiB, il y en a, je dois prendre contact avec eux. A l'étang du Ponant dont je parlais plus haut, un club (?) de kite existe, mais je ne sais pas s'il reste ouvert hors saison. J'i aussi contacté un club-asso sur l'étang de Berre.
Dans tousles cas, c'est bien sûr le contexte idéal d'avoir le support et les structures d'un club pour pratiquer; même s'il n'est pas sûr que tous soient ouverts en semaine; d'ailleurs, certains ferment en fin d'autome jusqu'au printemps. Dans mon cas, du fait de la retraite, je vais quand même éviter les clubs du 3ème âge :lkj
De même sur la Méditerrannée - dans mon secteur proche - il y a pas mal de clubs, mais très orientés yachting.
Mais j'ai du temps pour collecter des adresses, me rendre sur place et parler avec les gens et contacter les diverses organisations avant d'embarquer :-)

Merci encore pour vos réponses : c'est très appréciable d'échanger !
Bon vents à tous et au plaisir de tirer un bord de conserve à l'occasion :-)

RémiB
Albatros en esquif
Messages : 1402
Inscription : 12 oct. 2011, 10:02

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par RémiB » 02 nov. 2022, 10:06

Honnêtement le club de voile c'est l'idéal, déjà il y a un côté convivial et tu mets ton matos a l'intérieur.
Quand je naviguais en mer, j'étais à la base de voile, une fois le bateau grée et mi légèrement sur le sable, je remontais la mao et c'était réglé... même quand le club était fermé, j'avais la clé, ce qui fait que tu es autonome.

Herve-30
Moussaillon
Messages : 10
Inscription : 05 oct. 2022, 21:06
Localisation : Sauveterre
Contact :

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par Herve-30 » 02 nov. 2022, 12:43

Tout à fait Rémi, c'est la meilleure solution bien sûr.

En fait (j'ai le défaut d'être chouia perfectioniste et me représente à l'avance en situation ;-) je me représente la situation quand en hiver ou au printemps, par une belle journée de semaine, le niveau de vent me convient et que je prends la voiture le matin en y chargeant le bateau et file sur un des bassins de nav du secteur. C'est dans ces cas-là que je me fais des noeuds au cerveau pour la manoeuvre dont je parlais ci-dessus.

Mais on est bien d'accord, le club de voile reste **la** solution idéale; dès lors que le club reste ouvert hors saison "chaude". Je compte bien pratiquer toute l'année. De plus, cela permet de prendre une licence ffv par la même occasion. Sans compter effectivement l'avantage de pouvoir laisser un peu de matos sur place, mae ou autre.

J'en ai contacté deux, et l'un d'eux, une association m'a déjà répondu, c'est une asso qui me semble très amicale et bien placée pour moi (le CN Berrois); je vais tâcher de les rencontrer lors d'un weekend pour me présenter et serai alors peut-être en liste d'attente, la priorité d'adhésion étant donnée aux membres de l'année.

Je vais aussi me préparer un circuit durant lequel je passerai par divers clubs pour prendre contact et finirai bien par en trouver un qui me convient.

Merci pour ton message, bon vent :-)

jacou
Goëland curieux
Messages : 5
Inscription : 07 août 2022, 16:21
Localisation : agde

Re: Mise à l’eau, et sortie, d’un dériveur léger solitaire…vraiment tout seul sur les lieux

Message par jacou » 12 nov. 2022, 21:10

Bonjour
je te propose une idée que je n'ai pas encore testée mais par temps calme ca doit le faire.
Tu commences par mettre au ras de l'eau un piquet d'attache en spiral pour chien (si le sol le permet)
Une fois ton esquif a l'eau que tu retiens par un bout que tu attaches a ce piquet
Tu remontes ta MAO redescent au bateau tu mets a bord ton piquet et sens inverse pour la remise a terre

Bon courage

Répondre
https://silk.pl/co-zrobic-z-wlosami-przed-snem-aby-rano-byly-piekniejsze/